DAS : Ce qu’il faut savoir

Beaucoup d’utilisateurs se demandent ce qu’est le DAS et ce qu’il représente. Aujourd’hui, cet indice apparaît sur tout nos packagings de smartphone mais également sur les fiches produits chez les revendeurs ou dans les tests. Cet article vous permettra d’en savoir plus et de connaître l’impact qu’il a sur les utilisateurs.

Qu’est-ce que le DAS ?

Le DAS est le diminutif du : Débit d’Absorption Spécifique. Il indique la quantité d’énergie véhiculée par les ondes radiofréquences reçues par les utilisateurs d’appareils radioélectriques comme les smartphones. L’unité du DAS est le Watt par kilogramme (W/kg).

Pour une commercialisation dans l’Union Européenne, la limite autorisée est de 2 W/kg pour 10 grammes de tissu humain. Aux Etats-Unis la FCC impose une limite de 1,6 W/Kg pour 1 gramme de tissu humain. Outre-Atlantique, cet indice est le SAR (Specific Absorption Rate).

Pour information, la globalité des smartphones possèdent un DAS entre 0,4 et 1 W/kg sur 10 grammes de tissu humain.

Limites du DAS

Pourquoi deux DAS différents ?

En France, Nous retrouvons donc deux DAS différents : Tête et Corps. La tête et la partie du corps exposée pour les appels et le corps pour les endroits où notre smartphone est ranger en cas de non utilisation. Ce qui me parait d’une logique implacable.

Comment mesure t’on l’indice DAS ?

La méthode est assez simple. Les centres de tests exposent des mannequins aux ondes intégrant un liquide imitant les tissus humains. Le smartphone est poussé à son maximum pour ainsi obtenir son indice W/kg.

L’indice doit-il être affiché ?

Evidemment, l’affichage de cet indice est obligatoire sur l’emballage de n’importe quel smartphone vendu dans l’union Européenne. Les revendeurs sont également obligés de l’afficher pour renseigner le consommateur avant son achat. En ce qui concerne les autres pays, tout dépend de leur loi et réglementation.

Quelle influence sur la santé ?

Aucune étude ne démontre réellement les effets négatifs des ondes sur notre santé. Elles restent à approfondir. A l’heure actuelle, l’évolution des smartphones et des antennes ne permet pas d’obtenir de résultats fiables. Les nouveaux tests concluent donc à un risque faible voire inexistant.

Un terminal avec un DAS bas sera quand même plus fiable et moins nocif.

D’autres études mettent en évidence les dangers à terme tels que le cancers ou la perméabilisation des membranes cellulaires. Mais également une tumeur maligne du côté ou vous téléphonez d’après Kjell Mild (épidémiologique suédoise). Cela serait possible pour les utilisateurs intensifs de smartphones.

Vous l’aurez donc compris, toutes ces normes sont donc basées sur des préventions. Les précautions sont pour le moment la meilleure solution pour éviter d’absorber trop d’ondes. Il est donc conseillé de limiter les expositions et les utilisations  excessives.

Quelles précaution d’utilisation prendre ?

Il y a quelques conseils préconisés pour éviter d’être trop exposé aux ondes :

  • Il est préférable de garder éloigner l’appareil des zones sensibles du corps :
    • Contre le cœur, l’aisselle, la hanche et les parties génitales…
    • Plus de 20 cm d’un implant cardiaque ou autres implants métalliques
    • Contre le ventre d’une femme enceinte. Les cellules de l’embryon sont très sensibles aux rayonnements.
  • Garder éloigner les enfants des smartphones ou, surtout avec une connectivité d’activé.
  • Un smartphone allumé ou en recharge doit se trouver à plus de 50 cm de la tête (durant votre sommeil par exemple). Le mettre en Mode Avion serait une solution.
  • Le kit piéton filaire est conseillé ainsi que l’activation du haut-parleur du téléphone. Le Bluetooth n’est pas recommandé.
  • Téléphoner avec de bonnes conditions de réception. Une zone bien couverte et un réseaux stable (au maximum de préférence) évite l’augmentation du DAS. A l’inverse, celui-ci cherchera un relais lors d’un déplacement et donc, le fera augmenter.
  • Ecourter au maximum le temps de communication.
  • Attendre que votre interlocuteur décroche. En effet, lors de l’émission d’appel, le terminal se concentre sur celui-ci. Une fois que l’interlocuteur répond ou même le répondeur.
  • Eviter de coller le smartphone à votre oreille le temps de la communication.
  • Il est préférable de favoriser le Wi-Fi aux données mobiles.
  • Ne pas activer toutes les connectivités. Eviter donc d’activer le Bluetooth, NFC, Wi-Fi … en une seule fois. Penser à bien les désactiver et vous gagnerez également en autonomie.
  • Choisir un terminal avec une bonne accroche réseau et surtout un indice DAS faible.

Pour en connaître un peu plus sur les tests et sur les méthodes employées pour mesurer le DAS, n’hésitez pas à consulter le site d’Emitech.

Pour la comparaison des smartphones, n’hésitez pas à consulter le site PhoneDAS.

Vous pouvez ajouter d’autres choses à cet article ou même l’approfondir. N’hésitez pas à dire comment vous utilisez votre smartphone.

Rudy Godet

Fondateur et rédacteur du site « Avis Mobiles ». Passionné de jeux vidéo mais également de téléphonie. J’ai découvert Android en 2010 et c’est en souhaitant rooter que j’ai vu le potentiel de cet OS. Aujourd’hui je m’intéresse à tous les smartphones et je partage l’actualité, des tests mais également des astuces.

Laisser un commentaire